motifetdessin.com

Motif flammes

la mode vintage des flammes

Pourquoi on arrête pas de voir des flammes colorées partout ? Les grandes maisons de couture rééditent les vêtements avec des flammes. On mélange l’imprimé feu avec d’autres motifs et imprimés. Ces créations envahissent tout, des réseaux sociaux aux semaines de la mode.

Si Instagram avait bénéficié de la situation d’aujourd’hui et du nombre d’utilisateurs en 2012, soyez assurés que les sandales à flammes de Prada lancées cet été-là auraient inondé le réseau social. Elles répondent, bien sûr, à toutes les exigences dont on a besoin aujourd’hui pour devenir viral: elles sont colorées, extravagantes et sont dans la fine ligne qui sépare l’original et cool du ringard et kitsch. Voilà pourquoi c’est une bonne option de rééditer ces types de vêtements maintenant que les photos de style urbain et les réseaux sociaux peuvent leur rendre justice. La créatrice les a présentées en février dernier dans le cadre de sa collection Automne-Hiver 2018/2019 et ce n’est qu’une question de temps avant qu’elles ne commencent à apparaître partout. Les semaines internationales de la mode – New York, Londres et Milan jusqu’à présent – ont déjà donné un bon exemple du succès des sandales recouvertes avec des flammes. Kendall Jenner a été l’une des premières à les porter et à partager dans son profil, mais l’Italienne Chiara Ferragni, l’Espagnole Blanca Miró et beaucoup d’autres influenceurs et de rédacteurs invités aux défilés de la saison ont rapidement suivi ses traces. Le résultat est une collection de chaussures brûlantes à laquelle aucun photographe ne peut se résister.

Mais les flammes, qui rappellent celles qu’on trouvait à l’époque sur les voitures les plus cool des années 2000, ne viennent pas seulement de la haute couture. Vous pouvez aussi les trouver dans les chaussures Vans ou Converse, les chemises, les t-shirts, les pulls, les sweats et même les chaussettes. Des collections pour hommes et femmes avec des vêtements qui osent porter des rappeurs comme PushaT et des acteurs connus comme Jeff Goldblum. C’est un motif qui « n’appartient pas à une saison particulière mais à une période de décadence qui dure depuis des années et qui se caractérise par deux tendances parallèles, l’élégance du street style et une laideur fièrement obstinée » comme l’écrivait Troy Patterson dans « The New Yorker ».

Ce qui est clair, c’est que c’est un art de transformer la laideur en succès et d’amener tout le secteur à l’élever au rang d’objet culte, de vêtement cool de la saison sans lequel on ne peut vivre. Des vêtements qui font référence aux années 50, aux voitures tunning des années 1980, à l’ambiance hip-hop underground d’il y a quelques années, et à l’environnement streetwear luxueux qui est sans doute fortement revenu à la mode, et qui est revenu pour y rester.