motifetdessin.com

Motif marocain

La mode des articles à motif marocain

Origine et histoire du motif marocain

Depuis la nuit des temps, le Maroc est un pont entre l’Orient, l’Afrique et l’Europe. Depuis des siècles, les motifs marocains se sont établis en Europe et dans le monde. Nous sommes enthousiasmés par les chefs-d’œuvre géométriques et leurs nombreux détails cachés mais d’où viennent les motifs marocains ?

Malheureusement, on sait peu de choses sur les premiers Berbères qui, d’après les découvertes archéologiques et les pétroglyphes, se sont installés au cours du deuxième millénaire av. Jésus Christ. Cependant, nous savons qu’ils ont été des pionniers dans la conception d’intérieurs et d’extérieurs et ont ainsi développé un riche artisanat.

Pour comprendre la genèse des motifs marocains, il faut voyager vers le 700 après J.C. A cette époque, les armées arabo-musulmanes ont conquis tout l’est de l’Afrique du Nord en 50 ans, tout comme la côte méditerranéenne de l’Afrique du Nord. Certaines armées arabes ont également atteint le Maroc. Après que les habitants eurent réussi à se défendre et que les Arabes eurent essuyé quelques revers, ils parvinrent finalement à soumettre les Berbères.

Mais quel est le rapport avec l’origine des motifs marocains ? Avec les Arabes vint aussi l’édit « Yazid » de 721 après J.C. C’était une interdiction d’images qui excluait explicitement la représentation des hommes et des animaux en sculpture et en peinture ou toute autre forme d’art. Seul l’Islam a permis à Dieu (Allah) de posséder un tel pouvoir créateur. En raison de cette interdiction, les artistes islamiques ont été contraints de n’utiliser que des ornements dans leurs créations, ce qui a eu un grand impact sur l’art marocain. Une triste genèse, car les artistes n’avaient pas le droit de s’exprimer librement.

Rétrospectivement, cette interdiction a marqué la naissance du modèle marocain classique et par extension des modèles orientaux. En interdisant la représentation d’images d’animaux et d’êtres humains, les artistes se sont réfugiés dans des motifs géométriques. Ils ont donc créé des œuvres d’art sous des formes simples ou d’arabesques en profitant de l’interdiction de la représentation d’images humaines.

Les principes ou bases du motif marocain

Les bases de l’art marocain se composent de motifs géométriques. qui vont constituer les éléments décoratifs d’une bâtisse, d’une pièce d’artisanat, de bijoux, etc. L’un des principes de l’ornementation est le motif de l’intégration de soi et de son ressenti. Dans ce cas, un motif graphique peut ressortir en alternance ou en arrière-plan. En parallèle, un nouveau motif se dégage de l’arrière-plan, en fonction de la sensibilité de celui qui regarde. C’est un motif plus complexe qui se confond au premier plan et à l’arrière-plan. Ces motifs sont vécus comme particulièrement dynamiques car les thèmes, aux yeux du public, changent constamment en fonction de ce sur quoi il se concentre.

Un autre principe est la continuité sans fin dans un motif marocain. Il s’agit de motifs géométriques mais également d’arabesques imbriqués et répétitifs qui, en principe, peuvent se prolonger indéfiniment. Par conséquent, le décor se compose d’une partie d’un motif qui continue à l’infini.

Des motifs marocains dans notre maison

Les motifs marocains largement développés dans l’artisanat et adaptés aux goûts occidentaux, font désormais partie intégrante de nombreuses pièces de notre maison et de notre mobilier. Sur les sols des cuisines ou des salles de bains, on retrouve très souvent aujourd’hui ces fameux carreaux de ciment aux multiples motifs appelés « zelliges » qui, à l’origine, recouvrent les sols des ryads marocains.

Egalement repris sur de petits carreaux de terre cuite vernissée, ces motifs géométriques ou d’arabesques aux nombreuses couleurs alliant les beiges et bleus mais aussi les rouges, jaunes ou verts sont ciselés puis assemblés à la main. Ils sont utilisés pour la réalisation d’une frise qui viendra égayer notre cuisine ou salle de bains et aussi pour constituer la mosaïque des plateaux de table de nos jardins. Le plus souvent, ces plateaux de table reposent sur des pieds en fer forgé et sont associés à des chaises en fer forgé avec un décor d’arabesque. Un grand nombre de motifs marocains est également ciselé à la main pour la réalisation de lanternes qui, à l’intérieur ou à l’extérieur, nous assurent en soirée la magie des contes orientaux.

Cette technique du ciselage est très importante dans l’artisanat marocain. On la trouve dans le travail du plâtre, du bois pour les plafonds des palais et aussi pour les meubles Son origine viendrait des communautés juives nombreuses dans le passé à vivre au Maroc dans des quartiers appelés « mellah » où elles étaient protégées du Roi et travaillaient essentiellement l’or et l’argent pour le ciselage des plateaux, théières mais essentiellement des bijoux.

Toujours à propos des bijoux, une autre technique utilisant plus spécifiquement les motifs géométriques est attribuée aux Berbères. Dans un autre domaine, un savoir-faire artisanal anciennement utilisé pour recouvrir les murs des « hammans » populaires est le « tadelakt » : un enduit avec une finition à la chaux appliqué à la main à l’aide d’un petit galet. Cette technique a également été mise au goût du jour pour la réalisation de vases, cendriers, vide-poches,… et pourquoi pas pour enduire les murs de nos salles de bains!

Le Maroc n’est pas seulement connu pour ses motifs de vases, carreaux de ciment ou terre cuite mais aussi et surtout pour ses tapis. En fait, on y trouve un grand choix de tapis avec, là aussi, des motifs géométriques ou orientaux, très colorés ou très sobres, en pure laine de mouton ou en coton. Toujours réalisés par des femmes qui, au travers de leur travail, racontent l’histoire de leur village, de leur vie, ou de leur mariage en y intégrant les motifs symboliques qu’elles font à cette occasion sur leurs mains au henné.

Aujourd’hui, ces tapis et leurs histoires viennent compléter un style bohème décontracté dans nos intérieurs où ils sont particulièrement appréciés. Ainsi, les pièces de l’art marocain aux motifs géométriques simples ou d’arabesques peuvent facilement être ajoutés dans nos demeures et s’adapter à n’importe quel style de mobilier.